Actualités
Le protocole d'accord proposé par la RAM est la seule issue pour assurer la survie d'Air Sénégal international.
Royal Air marocLe protocole d'accord proposé par la Royal Air Maroc constitue la seule issue pour assurer la survie d'Air Sénégal International (ASI) et la sauvegarde des emplois, ont souligné vendredi à Dakar les membres du Conseil d'administration de l'ASI.

L'éventuelle mise en oeuvre de ce protocole requiert une décision des actionnaires sur les conditions de la poursuite de l'exploitation, basée sur les propositions contenues dans le projet de protocole de la RAM, présenté en mars 2009, en l'absence de propositions de la partie sénégalaise, ont souligné les administrateurs représentants de la RAM lors de cette réunion tenue vendredi à Dakar, indique un communiqué de la RAM.

Le Conseil d'administration d'ASI, dans son ensemble, a pris acte que la poursuite des vols requiert au préalable le rétablissement d'un climat serein, ce qui suppose l'arrêt immédiat de toutes les procédures judiciaires en cours contre Royal Air Maroc, précise-t-on de même source.

Lors de cette réunion, le directeur général d'ASI a présenté un exposé sur la situation de la compagnie, soulignant que malgré les efforts déployés par la direction générale d'ASI pour poursuivre la gestion au mieux des intérêts de la Compagnie, les procédures judiciaires engagées par l'Etat du Sénégal, et en particulier la saisie des comptes d'ASI par l'AIBD (l'Aéroport International Blaise Diagne) au titre du paiement de la RDIA (taxes aéroportuaires), l'acheminent inévitablement vers une situation de cessation de paiement.

En effet, ces procédures empêchent la Compagnie, d'une part, de procéder à la location d'avions, réduisant ainsi sa flotte à deux appareils et d'autre part, de payer ses fournisseurs et ses créanciers, a-t-il ajouté.

Le directeur général d'ASI a également fait état des dettes contractées par les autorités sénégalaises auprès d'Air Sénégal International et qui n'ont, à ce jour, pas été honorées.

Les Administrateurs représentants de la Royal Air Maroc ont tenu également à souligner que si les fondamentaux d'Air Sénégal International sont sains et à même de garantir sa pérennité et sa rentabilité intrinsèque, cette compagnie souffre de difficultés de trésorerie qu'aurait soulagé sa recapitalisation.

Ils ont souligné également que la saisie des comptes bancaires d'Air Sénégal International, contribue à aggraver davantage sa situation et à accélérer l'arrêt de ses activités.

S'agissant de l'audit demandé par la partie sénégalaise et ordonné par le Tribunal régional de Dakar le 6 avril 2009, les administrateurs de la RAM ont rappelé que l'ASI a déjà fait l'objet d'une "revue juridique, fiscale, technique et commerciale" diligentée par l'Etat du Sénégal durant l'été 2008 et réalisée par cinq grands cabinets internationaux.

Cependant, les résultats de cet audit n'ont jamais été communiqués, ni à l'ASI ni à la RAM, ce qui rend légitime, des interrogations sur les raisons de cette opacité.

De plus, la publication de cet examen détaillé de la situation d'ASI faciliterait aujourd'hui la mission de l'expert judiciaire mandaté par la justice sénégalaise, ajoute la même source.

Source: MAP
Le: 20/04/09
 
Topbladi.com®2015
Contactez-nous pour des infos, publicité, demandes, un problème sur le site, partenariats....