Actualités
Double nationalité : Le Maroc persite et signe
Double nationalité Les mots sont bien choisis mais le message est aussi officiel que ferme: «La communauté marocaine, partout où elle se trouve, y compris aux Pays-Bas, est fortement attachée à sa marocanité». Et c'est le ministre des Affaires étrangères, Taïeb Fassi Fihri, qui le dit.

C'était lundi dernier devant un parterre de journalistes, mais surtout face à son homologue néerlandais, Maxime Verhagen, en visite de travail au Maroc. Plus qu'un message, il s'agit d'une réponse à la contestation par les autorités hollandaises de la double nationalité des MRE dans ce pays, ayant pour argument une intégration pleine et entière à ce pays d'Europe.

Le Maroc ne l'entend pas de cette oreille : «L'intégration ne signifie pas assimilation», a dit le ministre. Et de faire valoir le sacro-saint principe d'allégeance perpétuelle. Ceci, à l'égard tant du roi que de là commanderie des croyants. «Dans notre droit positif, tout Marocain né en tant que tel va à sa tombe en portant cette nationalité. Et il n'existe dans la pratique aucune marge à la renonciation à cette nationalité», nous expliquait Khalid Berjaoui, spécialiste du droit international privé. La sortie du ministre est allée dans le même sens puisqu'il a affirmé que le retrait de la nationalité marocaine est une mesure exceptionnelle et individuelle, nécessitant une procédure particulière lorsque les fondamentaux du pays, notamment religieux et constitutionnels, sont mis en cause. Cette procédure reste très rare.

Dans les faits, aucune autorisation de renonciation à la nationalité marocaine n'a été accordée depuis l'indépendance, il y a eu dans toute l'histoire du Maroc deux exceptions, qui ont porté sur des citoyens de confession juive. Comme pour placer la balle dans le camp des Hollandais, Fassi Fihri n'a pas manqué de monter au créneau, appelant à l'intégration totale des Marocains résidant aux Pays-Bas et plaidant pour que nos MRE bénéficient «de la justice sociale et d'une promotion sociale». Une façon de répondre à la virulente sortie de la ministre néerlandaise de l'Intérieur, Guusje Ter Horst, qui s'en est pris ouvertement aux jeunes d'origine marocaine responsables, selon elle, de tous les maux en termes de criminalité.

La polémique autour de la nationalité mise à part, tout va pour le mieux. La visite s'est d'ailleurs soldée par la signature d'un important programme d'action conjoint. A l'intensification des rencontres entre les gouvernements et les diplomates des deux pays s'ajoute la lutte contre le terrorisme et l'immigration clandestine.

Source: Le soir Echos
Le: 28/11/08
 
Topbladi.com®2015
Contactez-nous pour des infos, publicité, demandes, un problème sur le site, partenariats....