Actualités
L'huile d'argan: des bienfaits sur la peau et dans l’assiette.
Huile d'arganeL’huile d’argan, qui provient du fruit d’un arbre du Maroc, protégerait contre le cancer et les maladies cardiovasculaires et hydraterait la peau. Elle calmerait même les symptômes de la ménopause. Mais malgré sa popularité en croissance dans le monde, il est encore trop tôt pour crier au miracle.

«Sa composition fait qu’elle est intéressante, mais les données scientifiques disponibles jusqu’ici ne sont pas probantes», nuance Dre Sylvie Dodin, gynécologue et titulaire de la Chaire en approche intégrée en santé de l’Université Laval. La chimiste marocaine Zoubida Charrouf, de l’Université Mohamed V-Agdal, figure de proue de la recherche sur l’huile d’argan, partage son avis.

Soins de la peau
Connue des Marocains depuis des millénaires, l’huile est utilisée en cuisine et comme cosmétique, dans sa version non torréfiée, pour hydrater peau et cheveux. «En médecine traditionnelle, explique Zoubida Charrouf, on l’utilise pour le traitement de l’acné juvénile, de la varicelle, des rhumatismes et pour la prévention de l’athérosclérose. Elle est aussi conseillée pour les irritations, l’eczéma, les gerçures et les brûlures.»

Son effet hydratant s’explique par sa teneur élevée en acides gras insaturés. Elle contiendrait 45 % d’oméga-9 (acides oléiques) et 35 % d’oméga-6 (acides linoléiques). Les oméga-9 sont reconnus pour leur effet bénéfique sur la santé du coeur. Les oméga-6 sont aussi considérés comme de bons gras, mais, en excès, ils peuvent nuire à l’action des oméga-3 dans l’organisme.

L’huile d’argan contient aussi beaucoup d’antioxydants aux effets anticancer reconnus. «On connaît les composés biochimiques de l’huile d’argan, mais la plupart des hypothèses de ses bienfaits sont basées sur sa composition plutôt que sur des essais cliniques proprement dits», précise toutefois Dre Dodin.

Jusqu’ici, quelques études ont montré des effets intéressants sur des cellules testées in vitro ou sur des souris. On lui prête aussi des vertus pour soulager les effets de la ménopause, mais il n’y a eu qu’une étude sur 60 femmes ménopausées «très limitée dans le temps», souligne Sylvie Dodin. Pour connaître les effets nocifs possibles, des études de plus longue durée sont nécessaires.

Dans les plats et les salades
En cuisine, son goût raffiné de noisette rehausse les plats et les salades et fait le bonheur des grands chefs. Extraite du noyau du fruit de l’arganier (Argania spinosa), l’huile d’argan peut produire des réactions allergiques, mais peu ont été rapportées jusqu’ici.

Vu son prix allant jusqu’à 25 $ pour 100 ml – un litre d’huile nécessite les fruits de sept à huit arbres, et 20 heures de travail –, la contrefaçon guette. Mais grâce à sa composition chimique très particulière, on peut détecter s’il y a eu mélange avec d’autres huiles en laboratoire.

Une production industrielle et artisanale
L’industrialisation de l’extraction de l’argan répond à la demande croissante, mais la production artisanale et en coopératives de femmes marocaines persiste et se renforce. On assiste aussi à un vaste mouvement de reboisement. Selon le ministère des Eaux et Forêts du Maroc, la production d’huile d’argan peut atteindre 4 000 tonnes par an, mais elle reste tributaire de la température.

La France, où elle fait fureur, a approuvé la vente de l’huile d’argan en 2002 pour la consommation et pour son utilisation cosmétique. Au Canada, on la trouve surtout dans les épiceries fines.

Source: Passportsanté
Le: 24/02/09
 
Topbladi.com®2015
Contactez-nous pour des infos, publicité, demandes, un problème sur le site, partenariats....