Actualités
Impact de la crise financière mondiale sur l’économie marocaine : Des incidences importantes sur l’emploi, les revenus et le niveau de vie.
super marché

La récession économique et financière mondiale et le processus de déflation qui s’installe ne tarderont pas à se répercuter négativement sur l’économie nationale. Les derniers pronostics du CMC le révèlent nettement. Sur les douze mois à venir, des implications de taille seront ressenties sur la croissance, l’emploi, les revenus et le niveau de vie.

La croissance mondiale devrait reculer à 2.2% en 2009 contre 3.9% en 2008, le commerce mondial devrait connaître un net ralentissement pour se limiter à 2,1% et l’inflation retombera à moins 2%. Partant de ces anticipations du FMI, les experts du Centre marocain de conjoncture (CMC) annoncent que l’impact de la conjoncture économique mondiale se ressentira au Maroc à travers les canaux de la demande extérieure adressée à la production nationale, les investissements étrangers et les flux financiers générés par le tourisme et les transferts des MRE. Cet impact qui se traduira, à fin 2009, par une perte de près de deux points du taux de croissance avec toutefois des implications considérables sur les revenus, l’emploi et le niveau de vie, requiert des mesures de soutien importantes pour l’activité économique.

La dernière lettre du Centre, estime que les éléments de la politique économique retenus dans l’actuelle loi des finances auront un effet multiplicateur global plus au moins important sur le PIB mais demeurent insuffisants face au risque de déflation qui se précise davantage. On rappelle tout de même que le budget 2009 qui intervient dans une phase de récession généralisée, notamment chez les pays clients du Maroc visent l'instauration des conditions favorables à une croissance forte à travers l'intensification de l'effort d'investissement et le soutien au pouvoir d'achat.

L'évaluation de l'impact des principales mesures de la loi des finances prévues à cet égard fait ressortir un effet multiplicateur global appréciable sur l'activité économique atteignant près de 4 % du PIB. La configuration budgétaire retient comme objectif principal la création de conditions plus favorables à la croissance à travers l'intensification de l'effort d'investissement, le soutien au pouvoir d'achat et l'amélioration des conditions de vie. Les moyens budgétaires prévus pour la mise en œuvre des actions envisagées dans le cadre de cet objectif s'avèrent relativement importants.

A signaler que dans la loi de finances de 2009, la part consacrée aux secteurs sociaux (+7%) dans le budget général de l’Etat a été accrue. Ainsi, face au risque de dégradation de la situation sociale, il était urgent de définir une approche globale et cohérente de la politique sociale conclu la dernière lettre du CMC.

Source: Albayane
Le: 09/01/09

 
Topbladi.com®2015
Contactez-nous pour des infos, publicité, demandes, un problème sur le site, partenariats....