Actualités
Cinq centrales syndicales décident de suspendre la grève
TaxiL'Union générale des travailleurs du Maroc (UGTM), la Confédération démocratique du travail (CDT), l'Union marocaine du travail (UMT), l'Union nationale du travail au Maroc (UNTM) et la Fédération démocratique du travail (FDT) ont annoncé mercredi soir, la suspension du mouvement de grève dans le secteur du transport.

Un communiqué conjoint rendu public à l'issue d'une réunion présidée par le Premier ministre, M. Abbas El Fassi en présence de membres du gouvernement, précise que cette décision "prend en considération les intérêts suprêmes de la Nation et traduit la volonté commune de mettre à niveau ce secteur et d'améliorer son rendement pour lui permettre de remplir entièrement son rôle dans le développement économique et social du pays, sous la conduite éclairée de SM le Roi Mohammed VI que Dieu L'assiste et Le glorifie".

Les deux parties, qui saluent la décision de la Chambre des conseillers de suspendre l'examen du projet du Code de la route dans l'attente de parvenir, en concertation avec les partenaires sociaux, à une version consensuelle portant sur l'ensemble des dispositions du projet, ont convenu que "le gouvernement entamera l'examen des propositions qui lui ont été faites en vue de les prendre en compte lors de l'amendement du projet actuellement soumis à la chambre des conseillers".

Elles ont également décidé "d'oeuvrer au règlement des questions sociales et celles ayant trait aux conditions de la pratique de la profession par les professionnels et employés du secteur du transport routier, notamment en ce qui concerne l'assurance, la sécurité sociale, la couverture médicale, la retraite, l'habitat et la formation professionnelle".

Elles se sont, en outre, félicitées de la méthodologie adoptée dans le règlement des problèmes qui affectent le secteur, à savoir l'initiative du gouvernement consistant en la mise en place de deux commissions mixtes chargées de l'examen et du règlement des différents aspects de ce dossier.

La première commission, constituée auprès du Premier ministre est chargée de l'examen des remarques et propositions des organisations syndicales et instances concernées. Elle compte parmi ses membres des représentants des ministères de l'Intérieur, de l'économie et des finances, de l'Equipement et des transports, de l'Emploi et de la formation professionnelle et des Affaires économiques et générales, outre les représentants des organisations et instances syndicales concernées.

Elle présentera les résultats de ses travaux à la Chambre des conseillers, actuellement saisie de l'examen du projet du code de la route.

La deuxième commission, constituée auprès du ministre de l'Emploi et de la formation professionnelle, s'attellera à l'examen des conditions sociales des professionnels et travailleurs du secteur du transport routier et présentera des propositions opérationnelles en vue de leur amélioration.

Cette décision, poursuit le communiqué, procède de la parfaite conscience des deux parties des retombées et des pertes engendrées par le mouvement de grève des transporteurs sur certains des secteurs vitaux du pays, notamment au niveau de l'approvisionnement en produits alimentaires de base et en produits énergétiques, outre les incidences négatives sur le pouvoir d'achat des citoyens.

Elle prend, de même, en considération la conjoncture que connaît le pays et traduit la volonté des deux parties de conjuguer leurs efforts dans le cadre d'une action commune visant la mobilisation des ressources de développement dans le secteur de transport public, la promotion de ce secteur, le renforcement de ses potentialités et sa mise à niveau.

Selon la même source, la décision de suspendre le débrayage dénote la détermination du gouvernement à opter pour un dialogue franc et responsable avec les centrales syndicales parties au dialogue social concernant les questions d'organisation du transport routier et les attentes et préoccupations des travailleurs du secteur, et au vu des réformes profondes et interactives devant être initiées dans ce secteur, notamment en termes d'infrastructures routières, d'organisation et de restructuration et d'élaboration d'un code de la route moderne et adapté aux spécificités du pays.

A cet égard, les deux parties ont fait part de leur ambition commune d'initier une coopération permanente en vue d'instituer un consensus solide sur les questions fondamentales touchant ce secteur d'intérêt public qui contribue directement et efficacement à l'économie du pays et à la promotion de l'emploi.

Source: MAP
Le: 16/04/09
 
Topbladi.com®2015
Contactez-nous pour des infos, publicité, demandes, un problème sur le site, partenariats....