Actualités
Un patron de presse condamné pour avoir diffamé France 3
17e chambre correctionnelle parisLe directeur du journal marocain Assabah a été définitivement condamné par le tribunal correctionnel de Paris pour diffamation envers un journaliste de France 3 qu'il accusait d'être un agent des services secrets algériens, a-t-on appris mercredi auprès du tribunal.

Abdelmounaïm Dilami avait été condamné par défaut le 14 octobre 2008 par la 17e chambre correctionnelle à 3.000 euros d'amende et 5.000 euros de dommages et intérêts. Il avait fait opposition à ce jugement mais s'en est désisté mardi, rendant sa condamnation définitive.

En octobre 2007, le journaliste de France 3 Joseph Tual avait révélé l’existence de cinq mandats d’arrêt délivrés par un juge français à l’encontre de ressortissants marocains soupçonnés d’avoir participé à l’enlèvement de l’opposant marocain Medhi Ben Barka en 1965 à Paris. Les mandats d’arrêts avaient été émis lors d’une visite du président Nicolas Sarkozy au Maroc.

Dans son édition des 3 et 4 novembre 2007, Assabah publiait un article intitulé "Les services de renseignements algériens disposent du dossier Ben Barka". Dans cet article, Assabah affirmait notamment que Joseph Tual était "le pivot dans l’appareil des renseignements algériens car il ne cache pas son hostilité à l’égard du Maroc", un propos jugé diffamant par le tribunal correctionnel de Paris.

Mehdi Ben Barka, opposant marocain et leader anticolonialiste marocain en exil, a été enlevé à l’âge de 45 ans, le 29 octobre 1965, boulevard Saint-Germain à Paris, par des policiers et des truands français, marquant le début d’une affaire jamais totalement élucidée.

Source: AFP
Le: 05/06/09

 
Topbladi.com®2015
Contactez-nous pour des infos, publicité, demandes, un problème sur le site, partenariats....