Actualités
Le Maroc à la conquête du marché russe.
Arabia expo MOVING Morocco. La thématique retenue pour promouvoir l’offre Maroc au premier salon Arabia Expo de Moscou, du 22 au 24 octobre, est dynamique et ludique. Sa conception et son contenu procèdent de trois approches. La promotion, c’est-à-dire toute la communication faite autour de la présence marocaine à Moscou, le marketing direct avec les rencontres B to B et le volet politique. Le tout mené par le Centre marocain pour la promotion des exportations (CMPE), la CGEM, le ministère du Commerce extérieur et l’ambassade du Maroc en Russie.

Pas de place pour l’approximation, là où 20 autres pays arabes, et pas des moindres, sont venus présenter leur potentiel à cette Russie émergente, puissante déjà et encore à l’abri des dégâts collatéraux de la crise financière. Depuis la chute du système soviétique, le billet vert règne en maître. Même si des babouchkas (l’équivalent de nos mendiants) tendent encore la main dans le métro moscovite, d’autres vendent du poisson séché et du pain frais sur la célèbre place Pouchkine de la capitale russe, face au gigantesque restaurant Mc Donald’s qui ne désemplit pas. La Russie est incontestablement prise par la fièvre de l’économie de marché. Une situation qui fait dire à la présidente de la Smaex, Nezha Lahrichi, présente à Moscou: «Ce salon n’a rien d’économique, il est géostratégique». Car en voulant s’allier au monde arabe, la Russie veut se positionner en puissance pétrolière et gazière mondiale. Nezha Lahrichi met en avant la multipolarité actuelle du monde où il faudra positionner l’offre Maroc dans le marché arabe. «S’il faut vendre quelque chose aux Russes, c’est bien notre position géostratégique». Pour la patronne de la Smaex, l’avantage du Royaume se traduit par une plateforme logistique et hub entre l’Afrique, l’Europe et l’Amérique. C’est dire combien est fondamentale la rencontre de Moscou pour le Maroc dans cet échange naissant entre le monde arabe et la Russie.

C’est fort de toutes ces opportunités que le Maroc entend imposer sa marque dans le marché russe. Parlant au nom des trois agences de développement régional présentes au salon, Mohamed M’Barki, DG de l’Agence de l’Oriental, affirme qu’«il s’agit de présenter désormais une philosophie qui met en exergue la région comme concept économique mondial». Le troc clémentine de Berkane/technologie russe pour la construction de la centrale de Jerada a fait son temps.

Le mot d’ordre lancé par Abdellatif Mâazouz, ministre du Commerce extérieur, aux opérateurs économiques marocains, est sans équivoque: «Il faut que l’entreprise marocaine bouge et le gouvernement est prêt à l’accompagner». Le ministre appelle à tirer profit de la conjoncture actuelle qui fait que la Russie est un marché intéressant parce que «moins touché par les conséquences de la crise financière». La participation du Maroc à ce salon devrait contribuer à l’augmentation du volume d’échanges avec la Russie, capter des investissements et attirer plus de touristes russes au Maroc. Ils ne sont que 13.000 sur les 20 millions qui sillonnent le monde dont les destinations concurrentes du Maroc. Message qui semble bien reçu par la nouvelle équipe de l’Office du tourisme marocain, qui signe ce jeudi à Moscou un partenariat avec 10 des plus grands TO moscovites (le top ten des voyagistes russes) dont l’objectif immédiat est de porter le nombre de touristes russes chez nous à 40.000.

Reste à mettre en place des liaisons aériennes directes entre le Maroc et la Russie, «seule façon de détourner massivement les hommes d’affaires russes, qui ne veulent pas passer 10 heures, escales comprises entre Moscou et Casablanca».

Dans le Moscou des affaires, les «businessmen et autres anciens ténors du parti sont friands de l’exotisme et de l’authenticité. Abdelhamid Addou, DG de l’ONMT, et ses équipes devraient y penser. Par ailleurs, Sâad Benadellah, DG du CMPE, a rencontré les organisateurs du premier rendez-vous d’affaires arabo-russe, la Fédération des associations professionnelles, les responsables de la chambre de commerce et des opérateurs moscovites des secteurs de la finance, de l’agroalimentaire et des produits de la mer. Des partenariats devraient être conclus au cours des deux prochaines années.

Source: Bachir Thiam - L'économiste
Le: 24/10/08
 
Topbladi.com®2015
Contactez-nous pour des infos, publicité, demandes, un problème sur le site, partenariats....