Actualités
Air Arabia attaque Royal Air Maroc sur les lignes moyen-courrier
Air arabia RamLa nouvelle compagnie propose un aller-retour Casablanca-Bruxelles à 1 884 DH TTC. La RAM sera obligée de revoir sa politique tarifaire.
Une centaine de compagnies desservent aujourd’hui le Maroc.

Le monde du transport aérien national va connaître dans les mois qui viennent un vrai chamboulement. En effet, avec l’entrée en lice d’Air Arabia Maroc, la nouvelle compagnie low cost, qui a démarré ses opérations le 6 mai courant, avec une campagne publicitaire intense, et surtout des prix très concurrentiels, la compagnie Royal Air Maroc devra certainement revoir son plan de vol. Pourquoi ? Tout simplement parce que la nouvelle compagnie a annoncé la couleur dès le départ en se plaçant sur des lignes moyen-courrier, au départ de l’aéroport Mohammed V vers l’Europe, l’Afrique du Nord et le Moyen-Orient, où justement la RAM opère confortablement. Cette dernière devra donc se disputer les destinations les plus rentables, c’est-à-dire les capitales européennes avec Air Arabia Maroc qui, malgré son positionnement low cost, mise beaucoup sur le rapport qualité/prix.

Des tarifs de plus en plus intéressants
Le tarif Casablanca-Paris, par exemple, fixé à 100 DH, reste un produit d’appel, mais une visite rapide du site de la compagnie permet de trouver des offres très intéressantes. Autre exemple : un aller-retour Bruxelles-Casablanca en plein mois de juillet est disponible actuellement au prix de 1 372 DH auxquels il faut ajouter 512 DH de taxes, soit au total 1 884 DH (168,97 euros). Ceci ne constitue pas une surprise, a affirmé, sous couvert de l’anonymat, un cadre de la RAM. «Les responsables de la RAM savent depuis longtemps qu’Air Arabia, de par les moyens dont elle dispose et en disposera, allait être un sérieux concurrent», indique-t-il. Certes la RAM tente déjà d’anticiper cette concurrence en comblant le vide laissé par Régional Air Lines, entré dans le capital d’Air Arabia, au niveau des vols domestiques et régionaux. La création de RAM Express qui commencera à opérer à la mi-août avec une nouvelle flotte adaptée s’inscrit dans cette optique. Mais il faut surtout retenir que l’attention accordée aux vols en direction des villes de l’Oriental comme Oujda et Nador, que ce soit par Ram Express ou par Atlas Blue, n’est pas due au hasard ; elle est intimement liée à l’ouverture en juin prochain de la première station du plan Azur, la station Saaïdia.

Transporter des passagers de Casablanca vers l’Oriental et assurer la liaison entre Oujda et des villes comme Londres, Milan, Lyon ou Madrid permettra à la compagnie nationale de gagner de nouvelles parts de marché. Elle ne cache pas du reste son intention de passer des accords avec des tour-opérateurs européens pour transporter une partie de la future clientèle de la station Saaïdia. Elle a, en outre, accompagné depuis le début la Vision 2010 pour le tourisme en participant de manière active à la promotion de la destination Maroc.

Tout compte fait, la volonté politique d’ouvrir le ciel marocain est aujourd’hui une réalité sur le terrain. Alors qu’il y a quelques années, on comptait sur les doigts d’une main les compagnies aériennes qui desservaient de manière régulière le Maroc, aujourd’hui, le nombre de compagnies, entre low cost et compagnies régulières, qui transitent par les 16 aéroports nationaux, petits et grands, approche la centaine. Depuis le début de l’année 2009, en plus d’Air Arabia, deux nouvelles compagnies sont venues s’ajouter à la liste. Il s’agit de la compagnie Germania qui dessert Tanger à partir de l’Allemagne et d’Air Andalus qui dessert Tanger et Nador à partir de l’Espagne. Nul doute donc que les années à venir verront arriver d’autres compagnies. Il faut dire que les autorités accordent beaucoup d’avantages à ces compagnies, et notamment au niveau des exonérations des taxes aéroportuaires.

Ainsi, l’Office national des aéroports (ONDA) accorde, sous certaines conditions, des réductions substantielles aux compagnies aériennes qui desservent le Maroc. Selon les cas, ces réductions vont de 50 à 100 %, avec leur élargissement progressif chaque année. Il existe ainsi des réductions spécifiques pour les vols charters, le trafic régulier, le trafic de nuit, le trafic hub à Casablanca et le trafic domestique. Pour ce denier, en particulier, l’Onda accorde depuis le début de l’année 2009 une exonération de 100 % de toutes les taxes et redevances (passagers, atterrissage, approche, stationnement, etc.) Malheureusement, déplore un responsable de l’office, d’une manière générale, les compagnies aériennes ne détaillent pas la nature de ces taxes sur les billets des passagers. Un détail dont devrait d’ailleurs s’occuper sérieusement l’autorité de tutelle pour éviter les malentendus sur le prix du billet. Ce faisant, les compagnies seront amenées à faire preuve de plus de transparence, ce qui ne peut être que bénéfique pour le client et pour le climat de concurrence.

Source: La vie Eco
Le: 24/05/09
 
Topbladi.com®2015
Contactez-nous pour des infos, publicité, demandes, un problème sur le site, partenariats....