Drapeau Maroc
Topbladi Maroc
toutes les actualités au Maroc
Actualité au Maroc
Les Marocains recourent aux agences de voyages
tourisme interneLongtemps considéré comme la cinquième roue de la charrette par les hôteliers et les agences de voyages, le tourisme interne qu’on sollicitait uniquement en temps de crise commence à bien peser dans le secteur et à investir les canaux de distribution. En effet, même si c’est encore de manière assez timide, le Marocain recourt de plus en plus aux agences de voyages, alors qu’autrefois il ne les sollicitait que pour des séjours à l’étranger. Cette clientèle qui appartient majoritairement aux classes moyennes s’est mise à acheter auprès des agences des séjours d’une semaine, ou plus, à Agadir, Marrakech ou Sâaidia à des tarifs intéressants et à des conditions en phase avec ses besoins.

Il faut dire que depuis deux ans les agences de voyages ont consenti un effort significatif en matière de communication sur le sujet, sur internet notamment, et les grandes chaînes hôtelières en ont fait autant en proposant des offres adaptées. Selon le voyagiste Fouzi Zemrani, qui a beaucoup milité pour faire avancer ce chantier, le site internet Kounouz Biladi a permis de mettre en avant les offres des agences de voyages et des hôteliers destinées à la clientèle nationale même si toutes les agences n’y ont pas recours. Il précise que la vingtaine d’agences qui y sont présentes avec leurs offres ont permis de lever un malentendu. Selon lui, les Marocains pensaient toujours obtenir de meilleurs prix en s’adressant directement aux hôtels alors qu’ils peuvent obtenir auprès des agences des prix de 10 à 15% moins chers. En plus, conclut-il, en cas de mauvaise surprise au niveau de sa réservation, le client a au moins un interlocuteur et dispose de preuves pour sa réclamation.

Bref, le tourisme interne constitue une mine prometteuse pour les professionnels même si le chantier, qui figure en bonne place dans la stratégie touristique nationale, peine à avancer. Entendez par là qu’il n’existe pas encore une vraie réponse à la demande des nationaux en termes d’infrastructures d’accueil et de transport, surtout dans les sites appropriés.

Les idées existent pour développer la demande, reste les actions

Selon une étude réalisée par la Fédération nationale du tourisme (FNT) il y a quelques années, et précise-t-on au niveau de cette dernière, «mise à jour tout récemment, en août 2013», sur près de 18,9 millions de nuitées en 2011, 4,45 millions ont été réalisées par des résidents, soit 26,3% du total. Cette proportion est aujourd’hui de l’ordre de 28%. D’après l’étude, «le marché domestique est devenu le 2e marché du secteur en termes de nuitées dans les établissements d’hébergement classés avec environ 5 millions de nuitées», poursuivant sa tendance ascendante malgré la crise internationale.

Les professionnels estiment, quant à eux, que le tourisme interne doit représenter 40% du tourisme national en 2015, soit plus que la norme admise au niveau international, c’est-à-dire le tiers des touristes ; les deux autres tiers étant répartis entre tourisme de loisirs et le Mice. Dans un pays comme la France, le tourisme interne représente 50% du total.

Pour atteindre l’objectif des 40%, la FNT propose une quinzaine d’actions à court et moyen termes dont certaines reviennent depuis plusieurs années comme un leitmotiv. On peut citer la levée de la contrainte sur l’utilisation du transport touristique par les nationaux et la mise en place de conventions avec des transporteurs comme Royal air Maroc, l’Office national des chemins de fer (ONCF) et les sociétés de transport routier ; l’étalement des vacances scolaires sur trois zones : Centre (Casablanca et régions), Nord (Rabat, Fès, Tanger...) et Sud (Marrakech, Agadir...), la mise en place par les entreprises de chèques voyages avec des avantages fiscaux...

Une autre idée intéressante réside dans l’incitation des agences de voyages à confectionner des offres par territoire touristique sans limite de prix en mettant à contribution les autres départements : Transport, Culture, etc. Et la liste n’est pas exhaustive.

On le voit, ce ne sont pas les idées qui manquent pour développer et structurer le tourisme interne. Il ne reste plus que les actions. Et pour ce faire, il faudra bien mettre en sourdine les discours politiciens et surmonter les clivages entre les différents acteurs, publics et privés.

Source: La Vie éco par Mohamed Moujahid
Le: 12/09/2013

Articles récents
Topbladi.com®2015
Contactez-nous pour des infos, publicité, demandes, un problème sur le site, partenariats...

Nos Partenaires: jeux gratuits | Live Tv | Films arabes | Tv en direct | Aflamedia.com | Jeux en ligne | اخبار مصر