Drapeau Maroc
Topbladi Maroc
toutes les actualités au Maroc
Actualité au Maroc
Le Maroc au Salon international du Bourget pour promouvoir sa filière
Salon international du BourgetUne délégation officielle conduite par le ministre de l'Industrie, du Commerce et des Nouvelles technologies, Abdelkader Amara, a fait le déplacement à Paris pour conforter, au niveau institutionnel, la participation marocaine à cette grand-messe de l'industrie aéronautique mondiale, inaugurée avec un grand show aérien par le Premier ministre français Jean-Marc Ayrault, au Parc des expositions du Bourget, en région parisienne.

Amara devrait multiplier dans ce sens les rendez-vous professionnels et les rencontres d'information sur les opportunités d'investissement et d'affaires au Maroc et dans le secteur aéronautique en particulier, à la faveur des différentes mesures incitatives mises en place par le gouvernement marocain pour encourager le développement de cette industrie à fort potentiel, identifiée comme l'un des six métiers mondiaux du Maroc, dans le cadre du plan Emergence.

Le ministre aura notamment des rencontres avec des responsables et des décideurs de grandes entreprises internationales, très nombreux à répondre présents au SIAE qui se veut «une plateforme idéale pour l'organisation de rencontres d'affaires».

«Initiés en 2007, les Rendez-vous d'Affaires du Salon ont rencontré un franc succès avec la mise en place de plus de 4.500 rendez-vous individualisés et pré-organisés», selon les initiateurs de cette manifestation qui réunira jusqu'au 23 juin l'ensemble des acteurs de l'industrie aéronautique mondiale autour des dernières innovations technologiques.

Ils se félicitent de la participation «massive» des professionnels «malgré une situation économique mondiale encore incertaine» pour le secteur aéronautique, assurant que la plupart des entreprises majeures sont présentes parmi les 2.215 exposants, en provenance de 45 pays.

Dans cet effort de promotion du Maroc comme destination «privilégiée» et «compétitive» de l'investissement dans l'industrie aéronautique, est particulièrement concernée l'Agence marocaine de développement des investissements (AMDI) qui supervise la participation nationale, accompagnée de plusieurs autres entreprises et organismes nationaux, publics et privés.

Il s'agit, en autres, du Groupement des Industries marocaines aéronautiques et spatiales (GIMAS), de la compagnie Royal Air Maroc, de l'Office national des aéroports (ONDA), des zones franches Tanger Free Zone et MIDPARC (Nouaceur, près de Casablanca), de l'aménageur des zones d'activité économique MEDZ, en plus de l'Institut des métiers de l'aéronautique et de la Fédération nationale de l'électricité et de l'électronique (FENELEC).

Pour sa deuxième participation à cet événement, l'AMDI veut mettre à profit sa présence pour «renforcer la position du Maroc en tant que plateforme compétitive de production à proximité de l'Europe et destination privilégiée des investissements dans l'industrie aéronautique», a assuré Ahmed Fassi Fihri, son directeur général par intérim.

«Dès l'ouverture du Salon, sur le stand de l'AMDI, des représentants d'avionneurs ont tenu des réunions avec des équipementiers installés au Maroc dans l'objectif d'augmenter leur sourcing de pièces fabriquées et assemblées au Royaume», a indiqué Fassi Fihri qui inscrit la participation de son agence au Bourget dans le cadre de ses activités de promotion et de démarchage commercial pour l'année 2013.

Du côté du ministère des transports, la participation de l'autorité marocaine d'aviation civile «dont l'un des rôles essentiels est la certification des avions, le contrôle technique des compagnies et l'agrément des organismes de maintenance», privilégie «deux ambitions majeures», selon le directeur général de l'aviation civile, Abdellah Bouhouche.

La première est de «se tenir informé des nouvelles technologies aéronautiques et des nouveaux projets de ce secteur qui se développent à une vitesse impressionnante, notamment en ce qui concerne les avions et les évolutions technologiques qui bénéficieront aux nouveaux projets» (les très gros porteurs, l'environnement, la réduction des coûts et l'amélioration de la qualité des services, les gammes actuelles qui seront encore en service dans les années à venir et constitueront une part importante des flottes).

Il y voit aussi l'occasion de découvrir les nouveautés en matière de transport aérien et les facteurs déterminants de développement de l'activité, en particulier l'amélioration de la compétitivité des opérateurs, l'accès aux infrastructures (créneaux horaires), la ponctualité, les droits des passagers, ou encore les infrastructures et les équipements de la navigation aérienne (les problèmes d'environnement qui deviennent déterminants, l'émergence du rôle urbain et économique des aéroports, les tendances de la conception et de l'exploitation des systèmes de navigation avec la sécurité comme objectif prioritaire).

Il insiste, à cet égard, sur l'importance de saisir les opportunités offertes par «la situation géographique limitrophe à plusieurs pays développés pour s'inspirer des meilleures expériences de nos voisins pour se placer à la pointe du développement (convergence réglementaire, supervision de la sécurité et sûreté, contrôle de la circulation aérienne, ingénierie, etc.)».

L'autre ambition de son département est «de contribuer au développement de l'industrie aéronautique marocaine, en plus des efforts importants du ministère du commerce de l'industrie et des nouvelles technologies» en nouant des contacts destinés à conforter les efforts de promotion pour attirer l'investissement étranger notamment dans les domaines des solutions de partenariat entre le public et le privé pour le développement des infrastructures, de la maintenance, de la formation et des services.

Au Maroc, le secteur aéronautique connaît un développement soutenu, puisqu'il compte aujourd'hui plus d'une centaine d'entreprises de référence internationale et emploie près de 10.000 personnes hautement qualifiées, souligne-t-on auprès de l'AMDI.

Ses responsables évoquent «un secteur aux perspectives de croissance annuelle de plus de 20% et où les investissements continuent de converger» d'autant plus que «la base aéronautique au Maroc est considérée aujourd'hui comme étant la supply chain la plus compétitive dans le prolongement naturel de l'Europe».

Le développement remarquable du secteur aéronautique et spatial au Maroc se traduit, selon eux, notamment par la présence «de véritables centres d'excellence» couvrant la production, les services, la maintenance et l'ingénierie, l'évolution du nombre d'implantations qui «s'est fortement accru ces dernières années» pour atteindre aujourd'hui près de 100 entreprises (dont 70% ont moins de 5 ans d'existence), une situation confortée par la présence de grands groupes internationaux tels Boeing, Safran, Bombardier et EADS Aviation.

Le chiffre d'affaires des entreprises installées est estimé à 8 milliards de dirhams (0,7 milliards d'euros) au titre de l'exercice 2011.

Afin de faire du secteur Aéronautique et Spatial un véritable pôle d'attractivité des investissements, l'Etat marocain a décidé d'accompagner son développement par la mise en place de mesures concrètes permettant au pays de s'ériger «en véritable plateforme pour des métiers cibles».

Le potentiel estimé de ces mesures se chiffre à environ 4 milliards de dirhams (0,4 milliards d'euros) de PIB additionnels avec une création d'environ 15.000 nouveaux emplois directs à l'horizon 2015.

Source: MAP
Le: 18/06/2013

Articles récents
Topbladi.com®2015
Contactez-nous pour des infos, publicité, demandes, un problème sur le site, partenariats...

Nos Partenaires: jeux gratuits | Live Tv | Films arabes | Tv en direct | Aflamedia.com | Jeux en ligne | اخبار مصر