Drapeau Maroc
Topbladi Maroc
toutes les actualités au Maroc
Actualité au Maroc
De nouvelles mesures pour le Hajj 2013
hajj 2013 du marocInterpellé par les députés de la commission des Affaires étrangères, de la Défense nationale, des Affaires islamiques et des MRE, mardi 30 avril, le ministre des Habous et des affaires islamiques, Ahmed Toufiq, a présenté devant les députés les mesures prises pour accompagner la saison de pèlerinage 2013 et permettre aux pèlerins marocains d’accomplir ce rite dans de bonnes conditions.

Le ministre des Habous et des affaires islamiques, Ahmed Toufiq, a présenté devant les députés les mesures prises pour accompagner la saison de pèlerinage 2013 et permettre aux pèlerins marocains d’accomplir ce rite dans de bonnes conditions.

Pour ce qui est de la logistique, et notamment du transport aérien, le ministère a retenu l’option selon laquelle ce service sera assuré par les compagnies aériennes marocaine et saoudienne à hauteur de 50% chacune. L’objectif étant d’éviter, selon lui, l’incident de l’année précédente qui, à cause du manque de coordination, a fait que plusieurs futurs pèlerins sont restés en rade au Maroc. Le responsable gouvernemental a pointé du doigt la compagnie aérienne nationale. Selon lui, «La RAM a manqué en 2012 à son engagement envers des pèlerins qui ont manifesté pendant plusieurs jours à l’aéroport de Rabat-Salé. Le pire, c’est que nous n’avons pas pu rien faire pour résoudre ce problème à temps. Ces futurs pèlerins n’ont pas pu partir parce que les autorités saoudiennes sont à cheval sur les règles et n’acceptent pas plus de deux escales d’avion par jour», explique le ministre.

Autre nouveauté, et non des moindres, annoncée par M. Toufiq. Il s’agit de l’adoption par la commission royale du pèlerinage au mois de janvier dernier de la procédure du tirage au sort sur la base d’une liste unique. D’après le ministre des Habous et des affaires islamiques, qui s’exprimait mardi dernier devant la commission des affaires islamiques au Parlement, cette nouvelle formule a été proposée par le ministre de Tourisme et examinée dans un premier temps par le ministère de l’Intérieur qui a donné son aval.

Cette nouvelle mesure, on s’en doutait, n’était pas pour déplaire aux agences de voyages qui la réclamaient depuis longtemps. Celles-ci avaient même menacé de boycotter la saison 2013 au cas où leur revendication ne serait pas satisfaite. «Aujourd’hui, nous sommes conscients que les conditions ont changé et que ces partenaires sont prêts à prendre en charge une telle opération», affirme-t-il. L’adoption de la liste unique permettra donc d’augmenter la part de marché des agences de voyages qui pourront couvrir jusqu’à 20 000 sièges. Une mesure de nature à renforcer la concurrence entre les voyagistes et, de ce fait, contribuer à la baisse des frais afférents au pèlerinage qui commencent cette année à partir de 43 900 DH. Les futurs pèlerins auront également le droit, en vertu de cette décision, de choisir directement après le tirage au sort entre l’offre publique et celle privée.

Rappelons que le ministère du Tourisme a rendu publique la liste des agences autorisées ayant fourni les garanties nécessaires pour prendre en charge les pèlerins dans de bonnes conditions. Ces agences ont pris toutes les mesures en coordination avec les prestataires en Arabie saoudite et les compagnies aériennes.
Il faut noter toutefois que sur 278 531 candidats inscrits, seuls 28 162 Marocains ont pu partir au pèlerinage en 2012. Conscient de cette situation, le ministère a réservé un quota de 15% aux candidats ayant dépassé un certain âge qui pourront partir au Hadj sans passer par le tirage au sort. «Cette initiative a permis à un Marocain âgé de 124 ans d’effectuer son pèlerinage et de rentrer en bonne santé, il y a trois ans», indique M. Toufiq. Autre surprise enregistrée au cours des dernières années : le recours limité des futurs pèlerins aux agences de voyages. Pour le ministre, cette situation s’expliquerait par les prix pratiqués dans le secteur privé par rapport à l’offre publique. «Nous n’avons jamais considéré ces agences comme des concurrents au ministère, mais plutôt comme des partenaires. D’ailleurs, même l’offre proposée n’est pas la même.

Les agences proposent d’autres services qui répondent aux besoins de certaines franges de la population. Il n’en demeure pas moins que l’expérience de la liste unique fera l’objet d’une évaluation dans deux années», tient à préciser M. Toufiq. Par ailleurs, loin de pratiquer la politique de l’autruche, Ahmed Toufiq reconnaît l’existence de dysfonctionnements relevés au cours de la saison précédente et n’hésite pas à les énumérer. Il faut reconnaître que le ministère a trouvé des difficultés à héberger tous les pèlerins en 2012.

Les établissements hôteliers retenus étaient aussi situés loin de l’enceinte de La Mecque. Cette situation s’explique par les opérations de démolition (pour rénovation) des hôtels situés à proximité de La Mecque, ce qui a fait que le ministère des Habous a perdu 6 000 lits conventionnés. Sans oublier que les chantiers de reconstruction et de réhabilitation menés par les autorités saoudiennes ont fait également que plusieurs structures d’accueil et d’hébergement ont préféré fermer ou éviter d’entretenir leurs locaux de peur d’être touchées par les travaux, ce qui a eu comme conséquence de faire flamber les prix proposés par les hôtels jouxtant l’enceinte de La Mecque. Par ailleurs, le ministre a soulevé le problème de l’encadrement des pèlerins dû au nombre réduit des membres de la délégation du ministère, estimé à 640 cadres. Cette fois encore, M. Toufiq s’engage à surmonter cette difficulté à travers l’affectation d’un encadrant pour chaque groupe de 50 pèlerins ; ce qui portera les membres de cette délégation à 940.

Nombre insuffisant de mosquées
Le Maroc accuse un déficit de 1 335 mosquées malgré l’intervention continue du ministère pour réhabiliter et créer de nouveaux lieux de prière. Un chiffre auquel devrait s’ajouter le nombre de 300 mosquées qui devront être créées pour accompagner l’évolution démographique. D’après Ahmed Toufiq, plus de 10 437 mosquées sont dégradées ou endommagées et près de 1 800 ont été fermées par le ministère. Soulignons que les opérations d’entretien et de réhabilitation de ces structures absorbent 70% du budget de ce département. Le montant alloué à cette opération est d’ailleurs en évolution continue.

Repères
Sur 278 531 candidats inscrits, seuls 28 162 Marocains ont pu partir au pèlerinage en 2012, en raison du quota imposé par les autorités saoudiennes.
Le ministère des Habous et des affaires islamiques a réservé un quota (15%) aux futurs pèlerins ayant dépassé un certain âge. Ils sont ainsi dispensés du tirage au sort.
Les frais afférents au pèlerinage cette année commencent à partir de 43 900 DH.
Au niveau du transport aérien, le département examine la possibilité pour que ce service soit assuré, à hauteur de 50% chacune, par la compagnie marocaine et celle saoudienne.

Source: Le matin par Yousra Amrani
Le: 03/05/2013

Articles récents
Topbladi.com®2015
Contactez-nous pour des infos, publicité, demandes, un problème sur le site, partenariats...

Nos Partenaires: jeux gratuits | Live Tv | Films arabes | Tv en direct | Aflamedia.com | Jeux en ligne | اخبار مصر