Drapeau Maroc
Topbladi Maroc
toutes les actualités au Maroc
Actualité au Maroc
La ville de Tanger se mobilise contre les inondations
TangerLe projet de protection de Tanger contre les inondations, lancé début octobre, a pour objectif d'éviter de revivre la situation de l'année dernière, lorsque des déversements incontrôlés causés par les fortes précipitations avaient gelé l'activité des principales zones industrielles de la ville.
Suite à ces inondations, qui s'étaient produites à la même période de l'année dernière, SM le Roi Mohammed VI avait donné ses Hautes instructions pour la mise en place des infrastructures nécessaires à la protection de la ville de Tanger et de ses zones industrielles.

Dès lors, les services concernés ont entrepris les études techniques relatives à ce programme.
Il s'agissait de déterminer les caractéristiques de ces infrastructures et leurs emplacements idoines, de manière à assurer une protection optimale aussi bien pour les institutions que pour les unités industrielles jusque là exposées au risque des inondations.

L'étude technique avait recommandé plusieurs interventions complémentaires qui tiennent compte de la dimension écologique. Le but étant de contrôler le débit de pointe de Oued Mghogha, qui connaît des crues en période de grandes précipitations, comme celles du 23 octobre 2008, ce "jeudi noir" où 196 mm de pluies s'étaient abattus en moins de cinq heures.

.-291 millions de DH pour cent ans de protection-.
Au lendemain de ces inondations, l'Agence du bassin hydraulique du Loukkos a accéléré l'élaboration des études techniques relatives à la protection de la ville. Le résultat fut un projet d'une enveloppe de 291 millions de DH et décliné en deux étapes, à savoir l'élargissement du canal de Oued Mghogha sur une longueur de 7,5 km et la construction de deux barrages pour le contrôle du débit en période de grandes pluies.

Dans une note de synthèse sur ce projet, l'Agence affirme que cette solution réalise un niveau de protection qui prend en considération les différentes variables climatiques. Ce choix répond également "à la nécessité de l'optimisation technico-économique des investissements à consentir vis-à-vis des coûts des dégâts à éviter".
Le document ajoute que les pouvoirs publics ont décidé de retenir un niveau de protection "centennal", en raison des enjeux économiques au niveau de la zone touchée.
L'Association de la zone industrielle de Tanger avait estimé à 1,3 milliard de DH les dégâts directs et indirects causés par ces inondations, soulignant également les difficultés auxquelles se sont heurtées les unités industrielles lors de la reprise de leurs activités.

-Objectif : contrôler le débit de Oued Mghogha-.


Le projet de protection de la zone industrielle de Tanger, créée en 1975, et de sa zone limitrophe a pour objectif principal de contrôler le débit de Oued Mghogha, dont le lit traversait la zone industrielle avant qu'il soit dévié par un canal bétonné lors de l'aménagement de cette zone au milieu des années 1970.
Les travaux d'élargissement de ce canal ont été lancés début du mois en cours. D'une enveloppe de 171 millions de DH, ce projet portera la capacité de ruissellement à 500 m3 par seconde, soit un débit supérieur de 100 m3 à celui ayant provoqué les inondations de 2008.
Le chef de la division eau à l'Agence du bassin hydraulique du Loukkos, M. Abdellah Mehboul a rappelé, à ce sujet, que le renforcement du canal de Oued Mghogha faisait partie des projets figurant au plan de mise à niveau urbaine de Tanger avant même cet évènement, ajoutant que la mise en Âœuvre de ce chantier a été accélérée depuis.

Ce canal, limité en amont par le pont de la RN2 et à l'aval par le pont ONCF4 à proximité de la gare ferroviaire de Mghogha, aura, après la fin des travaux, une largeur de 40 m à l'aval, a-t-il précisé. Quant aux deux barrages, ils seront réalisés, pour un coût de 120 millions de DH, sur les principaux affluents en amont pour stocker et laminer les crues en fonction de leur période de retour, selon M. Mehboul.
Les travaux de construction de ces deux ouvrages, qui seront situés à hauteur de Mechlaoua et de Ben Amer, deux bassins versants de Oued Mghogha, devront commencer en 2010. Ces deux axes de protection auront une capacité de retenue allant de 500.000 à 600.000 m3.
-Vers la réhabilitation écologique de Oued Mghogha-.
Outre sa portée économique et sociale, ce projet a pour souci de préserver le milieu naturel de Oued Mghogha et de restaurer la beauté de ce site, qui faisait dans le temps partie des lieux d'excursion pour les Tangerois.
Il s'agit là de compléter l'action déjà menée dans le cadre du projet d'aménagement de la baie de Tanger. Ce chantier a pour but, entre autres, de mettre fin au déversement des eaux usées dans les oueds en périphérie de la ville, en les détournant vers la nouvelle station d'épuration construite à proximité du port de Tanger.
Il sera également procédé à la mise à niveau des rives de Oued Mghogha, en y aménageant des espaces verts et des parcs écologiques. Cette opération nécessitera des expropriations sur plus de dix hectares.
Ce projet sera mené suivant une approche participative prenant en considération les attentes des habitants, professionnels et autorités locales.

Il sera doté d'un financement conséquent en coopération entre le secrétariat d'Etat chargé de l'eau et de l'environnement, l'Agence de développement des provinces du nord, le wilaya de Tanger-Tétouan, la commune urbaine de Tanger et la Direction d'aménagement des bassins hydrauliques.

Source: MAP
Le: 24/10/2009

Articles récents
Topbladi.com®2015
Contactez-nous pour des infos, publicité, demandes, un problème sur le site, partenariats...

Nos Partenaires: jeux gratuits | Live Tv | Films arabes | Tv en direct | Aflamedia.com | Jeux en ligne | اخبار مصر