Drapeau Maroc
Topbladi Maroc
toutes les actualités au Maroc
Actualité au Maroc
Les bidonvilles au Maroc: un défi mondial pour 2020
les bidonvilles au MarocMobilisation tous azimuts pour réussir la conférence internationale, organisée par l’ONU-Habitat et le ministère de l’Habitat, de l’urbanisme et de la politique de la ville, sous le thème «Sortir des bidonvilles : un défi mondial pour 2020», qui intervient au moment où l’urbanisation accélérée et non planifiée prend de l’ampleur signant ainsi l’échec des politiques urbaines. L’enjeu est grand : mettre en place des stratégies opérationnelles pour réduire la fracture urbaine et permettre un développement durable. Le but est de s’engager dans la réalisation de la Cible 7-D des Objectifs du millénaire pour le développement (OMD) qui consistent à réaliser une amélioration significative des conditions de vie d’au moins 100 millions d’habitants des bidonvilles avant 2020.

L’ouverture officielle, de cette rencontre de grande envergure, a eu lieu, hier lundi 26 novembre 2012, à Rabat. La séance inaugurale a, ainsi, été marquée par la participation de plusieurs ministres, notamment Mohamed Nabil Benabdellah, en charge du département de tutelle, de Saad-Eddine El Othmani, en charge des Affaires étrangères et de la coopération, de Abdellah Baha, ministre d’État, de Aziz Rabbah, ministre de l’Équipement et du transport et de Youssef Amrani, ministre délégué auprès du ministre des Affaires étrangères et de la coopération, en plus d’une quarantaine de ministres étrangers et chefs de délégation et de personnalités marocaines. Cette grand-messe a également connu la participation de Joan Clos, directeur exécutif d’ONU-Habitat et de Alioune Badiane, directeur des projets au sein de l’ONU-Habitat.
Modèle marocain

Les participants à cette conférence ont applaudi les réalisations marocaines. C’est le cas de Joan Clos qui a mis en avant l’expérience du Royaume et l’a présentée en tant que modèle intéressant sur lequel il faut capitaliser pour éradiquer les bidonvilles surtout en Afrique subsaharienne où 65% de la population urbaine habitent ces taudis. «Ce n’est pas facile de réduire les bidonvilles, mais le Royaume du Maroc nous a montré que ce combat est possible. C’est une vraie success-story pour ce pays qui ne dispose ni de mines de diamants, ni de gisements de gaz naturel ou de pétrole». Le directeur exécutif de l’ONU-Habitat a attribué cette belle prestation du Maroc, dans le cadre de la lutte contre les baraques, à la mise en place d’une stratégie nationale intégrée (VSB), à une bonne gouvernance et surtout à un bon leadership, grâce à l’implication personnelle de Sa Majesté le Roi dans ce chantier national. «Ce qui est bien au Maroc c’est que le programme VSB a été maintenu malgré le changement des gouvernements et mieux encore le plan d’action a été suivi», précise-t-il.
«L’expérience marocaine est intéressante, à plus d’un titre. Elle nous a montré qu’il faut sortir des projets pilotes pour mettre en place des politiques nationales pour relever ces défis», a déclaré Alioune Badiane.
Réalisations

Le ministre de l’Habitat, de l’urbanisme et de la politique de la ville a, de son côté, présenté les réalisations du Royaume, en matière de lutte contre les bidonvilles dont le taux de réalisation a atteint 70%. Il a également rappelé que le programme «Villes sans bidonvilles» a permis l’amélioration de 55% des bidonvillois recensés. Il a déclaré que la lutte contre ce type d’habitat non réglementaire s’appuie sur une approche globale et des moyens d’intervention. En plus de l’implication du public (Al Omrane) qui prévaut dans ce secteur, il y a lieu de signaler que le programme VSB est financé, à hauteur de 25 milliards de DH, par des fonds endogènes, souligne le ministre. Ainsi, le renforcement des ressources du Fonds de solidarité habitat (FSH) grâce à l’augmentation de la taxe sur le ciment et dès 2013 par la taxation du fer à béton et la récupération de 30% de la taxe prévue pour les ventes du sable, permettra au ministère d’élargir les prérogatives de ce fonds à l’accompagnement du processus de l’ouverture de nouvelles zones à l’urbanisation et de la mise en place de la politique de la ville.

Par ailleurs, afin de maintenir le rythme des efforts consentis, des synergies sont à renforcer pour consolider les résultats obtenus et rendre irréversible le processus de lutte contre l’habitat insalubre, précise Mohamed Nabil Benabdellah. C’est d’ailleurs dans cette perspective que le Maroc a engagé des approches visant à promouvoir de nouvelles générations de projets intégrés construits autour d’une convergence des politiques publiques territoriales dans le cadre de la politique de la ville.

Source: Le matin par Nadia Dref
Le: 27/11/2012

Articles récents
Topbladi.com®2015
Contactez-nous pour des infos, publicité, demandes, un problème sur le site, partenariats...

Nos Partenaires: jeux gratuits | Live Tv | Films arabes | Tv en direct | Aflamedia.com | Jeux en ligne | اخبار مصر