Drapeau Maroc
Topbladi Maroc
toutes les actualités au Maroc
Actualité au Maroc
Le dopage a porté atteinte à l’image de l’athlétisme marocain
athlétisme marocainVice-présidente du CIO, Nawal El Moutawakil a condamné vigoureusement le dopage dans l’athlétisme. Dans cet entretien accordé au «Matin» à l’issue d’une visite qu’elle a organisée aux journalistes marocains aux centres des médias, Mme El Moutawakil s’est dite très déçue par cette tricherie et également par les résultats obtenus par nos athlètes.

Le Matin : Quelle lecture faites-vous des cas de dopage qui ont entaché l’image de l’athlétisme
marocain ?
Nawal El Moutawakil : C’est une grosse déception. J’ai été assaillie par des journalistes du monde entier en sortant d’une réunion de travail du CIO et bombardée par des questions sur le cas de Meriem Alaoui Selsouli alors que je n’étais même pas au courant de cette affaire. Je ne m’attendais pas à cette nouvelle, surtout que cette athlète a déjà été contrôlée positive en 2009. Après, il y a eu le cas de Amine Laâlou. Ces deux affaires ont porté atteinte à l’image de notre sport et surtout à l’image de l’athlétisme national. J’espère qu’il y aura une méthodologie et un travail bien ficelé pour lutter contre ce fléau parce que le sport c’est avant tout une éducation et celui qui triche n’est pas des nôtres. Le CIO a créé en 2009 une commission baptisée commission de l’entourage de l’athlète présidée par Sergueï Boubka. Il faut savoir que l’athlète qui est contrôlé positif est seul devant ses responsabilités, mais en amont il faut chercher qui l’a poussé à un tel acte, son entraîneur, son médecin, son manager ou un membre de sa famille.

Le CNOM a avoué qu’il n’avait pas les moyens de contrôler les athlètes, en athlétisme, mais que tous les autres sportifs étaient suivis et contrôlés. Cette situation est-elle tolérable ?
Normalement, tous les sportifs y compris ceux de l’athlétisme doivent se plier à un suivi médical de la part de leurs clubs, de leurs fédérations, du CNOM et du ministère de tutelle. Je ne peux pas m’aventurer à vous donner plus d’explications à ce sujet parce que je n’ai aucun élément dans ce sens. Toujours est-il qu’il est aujourd’hui essentiel d’avoir un passeport biologique mis en place par l’IAAF qui impose aux athlètes de se soumettre aux exigences de contrôle pour les évaluer pendant toute leur carrière.

Quelle évaluation faites-vous des résultats des athlètes marocains ?
Je suis déçue comme tous les Marocains. J’ai souhaité voir la plupart d’entre eux monter sur le podium. Je pense que certains ont donné le meilleur d’eux-mêmes pour défendre le drapeau national, mais la chance ne leur a pas souri. On a vu comment la majorité d’entre eux ont quitté la compétition de manière prématurée.

Est-il normal qu’une athlète, comme Btissam Lakhouad ne termine pas son épreuve surtout qu’elle était parmi les prétendantes au podium ?
Elle doit avoir ses raisons. J’espère que tout cela sera élucidé par la Fédération d’athlétisme parce que la participation marocaine a tourné au cauchemar.

Le CIO a-t-il adressé un avertissement au Maroc après ces cas de dopage ?
Non, le CIO ne se mêle pas de ces problèmes. C’est un cas entre la Fédération internationale d’athlétisme et la Fédération royale marocaine d’athlétisme puisque le cas Selsouli s’est produit au meeting d’Areva à Paris et celui de Laâlou au meeting de Monaco. L’IAAF consacre annuellement 2 milliards de dollars pour suivre et contrôler les meilleurs athlètes du monde.

Peut-on s’attendre à l’interdiction du Maroc de participer aux manifestations internationales ?
Pas du tout. Le cas de Selsouli a pris une grande dimension parce qu’elle a réalisé la meilleure performance de l’année sur le 1 500 et 3 000 mètres, mais plusieurs athlètes d’autres pays ont été également contrôlés positifs parce qu’ils veulent arriver vite. Si vous voyez la liste des athlètes contrôlés positifs, vous vous rendrez compte qu’ils sont issus de tous les pays. Il y a des médecins qui combattent le dopage, mais il y en a d’autres qui sont en avance et qui mettent sur le marché de nouveaux produits encore indétectables. C’est une lutte de tous les instants.

La situation du dopage au Maroc est-elle un cas isolé ou une opération à grande échelle ?
Je pense que ce sont des cas isolés. Mais je n’arrive pas à comprendre celui de Meryem Selsouli qui a récidivé après avoir été épinglée et suspendue 2 ans en 2009. Elle n’a repris la compétition que l’an dernier et elle a été de nouveau contrôlée positive. Est-ce de l’ignorance, de l’injustice ? Je ne sais pas comment elle peut expliquer cela.

Comment évaluez-vous le bilan de la participation des pays arabes aux JO ?
Je suis personnellement satisfaite de ce bilan parce que c’est la première fois que les pays arabes atteignent la barre de 10 médailles. C’est un bilan positif.

Source: Le Matin
Le: 13/08/2012

Articles récents
Topbladi.com®2017
Contactez-nous pour des infos, publicité, demandes, un problème sur le site, partenariats...

Nos Partenaires: jeux gratuits | Vidéo humour | Live Tv | Films arabes | Tv en direct | Aflamedia.com | Jeux en ligne | اخبار مصر