Drapeau Maroc
Topbladi Maroc
toutes les actualités au Maroc
Actualité au Maroc
Les Égyptiens aux urnes pour élire leur président
MorssiLors de ce second tour des élections, l’ancien ministre de l’Aviation civile et qui fut nommé Premier ministre par Moubarak quelques jours avant sa chute du pouvoir, Ahmed Chafiq doit affronter Mohamed Morsi, président du Parti de la Liberté et de la Justice, bras politique des Frères musulmans. Le suffrage est ouvert aux Égyptiens et Égyptiennes âgés de 18 ans et plus, soit près de 51 millions de personnes. Le vote des expatriés pour le premier tour s’est tenu du 3 au 10 mai dans les ambassades et consulats d’Égypte. Les bureaux de vote ouvriront à 8h locales (6h GMT) pour fermer à 21h (19h GMT). Les résultats de ce second tour doivent être officiellement annoncés le 21 juin.
De nombreuses ONG égyptiennes et étrangères ainsi ont été autorisées à surveiller le déroulement des élections qui se dérouleront sous la supervision de 14 500 magistrats.
D’après Farouk Soltane, président de la haute commission électorale, quelque 13 099 bureaux de vote et un comité judiciaire central dans chaque gouvernorat ont été mis en place dans le cadre de cette échéance, jugée cruciale dans un pays qui vit dans l’instabilité depuis plusieurs mois.

Bureaux de vote
La même source a précisé que 65 000 personnes ont été également mobilisées pour assurer le succès de ce scrutin, faisant état d’une étroite collaboration avec les forces armées pour sécuriser l’opération électorale, notamment les bureaux de vote et le transport des urnes.
Ce tour intervient deux jours après l’annonce du jugement de la cour constitutionnelle suprême qui a ordonné la dissolution du Parlement, estimant que la loi encadrant les élections parlementaires organisées il y a six mois était anticonstitutionnelle.

Pour la Cour, un tiers des députés a été élu illégalement, et donc «la composition de toute la chambre est illégale, en conséquence, elle ne peut pas légalement être maintenue».
D’après la décision de la justice égyptienne, le principe d’égalité n’avait pas été respecté par certains partis qui ont présenté des candidats au tiers des sièges réservés aux indépendants.
D’autre part, la cour suprême a invalidé la loi qui interdisait aux figures du régime Moubarak de briguer un mandat, ce qui permet au dernier Premier ministre d’Hosni Moubarak, Ahmed Chafiq, de participer au deuxième tour de la présidentielle samedi et dimanche contre le candidat des Frères musulmans Mohammed Morsi.
Cette loi n’était pas basée sur «des motifs objectifs» et «constitue une violation du principe d’égalité», menant à une discrimination sur des «raisons illogiques».
La transition mise à rude épreuve

La décision de la justice de dissoudre le Parlement et de maintenir le général Ahmed Chafiq à la course pour la présidentielle a mis à rude épreuve le processus de transition et suscité des craintes sur l’avenir politique du pays, le plus peuplé du monde arabe.
Cette décision intervenant deux jours avant le second tour de l’élection présidentielle, qui opposera le candidat des Frères musulmans, Mohamed Morsi, à un cacique de l’ancien régime, a soulevé aussi un débat au sein de la classe politique qui a évoqué un «coup d’État contre la révolution du 25 janvier».
Si l’ancien chef de l’État-major de l’aviation égyptienne a salué un jugement «historique» et son rival Morsi a dit respecter les décisions de la Justice, d’autres acteurs politiques tels les Frères musulmans ont souligné que «l’Égypte entrera dans un sombre tunnel» si le Parlement est dissous. Pour eux, la dissolution du Parlement entrainerait un retard dans la rédaction d’une nouvelle Loi fondamentale et un retour à la case de départ.

Source: MAP
Le: 17/06/2012

Articles récents
Topbladi.com®2017
Contactez-nous pour des infos, publicité, demandes, un problème sur le site, partenariats...

Nos Partenaires: jeux gratuits | Vidéo humour | Live Tv | Films arabes | Tv en direct | Aflamedia.com | Jeux en ligne | اخبار مصر